LE CLEAN UP (2 JUILLET)

LE RINCE GRINCHEUX – MONSIEUR LAROSE

 

Je suis un artiste interdisciplinaire originaire de la Petite-Nation en Outaouais. Je suis de passage à Petite-Vallée pour participer à des ateliers d’écriture et d’interprétation de chanson, qui se donnent respectivement avant et après le festival. Pour la durée de l’événement, j’ai décidé de m’impliquer comme bénévole, et on m’a donné carte blanche pour que j’écrive chaque jour un billet d’humeur sur mon expérience au festival.

Le clean up : dixième billet, 2 juillet 2015

C’est l’heure du ménage. Moi je vais descendre en bas à la Vieille Forge. Monsieur Gilles Lebreux, en lavant la toilette, sifflote Gros Mené, «j’garde le fort».

«M’ment d’né voit tu

Y’a un gars, y’avait un slack dans l’socket

Ça faisait noir pis blanc, l’eau chaud et pis l’eau frette

Ça fait qu’y se pêche une truite gonflable sur internet

Ben avant de la croquer y’enlève toutes les arrêtes» – Gros Mené.

Encore pancarté, concrètement j’t’au diable. Vaisselle au camp, ça replace. À soir, Dans l’Shed vont encore accoter, revoir les amis, juste être là, pas comme hier, j’étais trop là. Jouqué s’a téquila…. c’est pas mon fort d’habitude (la pognez-vous ?), je l’ai échappé. Osé faire la fête comme faut depuis la première fois icitte. Pourtant les occasions s’enfilent, c’est juste que je suis là pour quelque chose de concret que je ne veux pas manquer : j’avais besoin d’inspiration pour écrire des tounes. En fait, pas tant d’inspiration que du lousse pour.

J’ai une chum qui joue à soir à Cloridorme, à l’église. Je ne suis pas sûr de m’y rendre. POQUÉ de la veille, mais aussi phénomène de show d’église, qui est pas mon fort. Je blâme personne, va donc trouver des places toi en ‘campagne pour diffuser des shows ? Si on était plus vaillant on aurait pas ce problème là.

Le son dans l’église :

C’est faite pour le bon Dieu,

C’est faite pour qu’on comprenne pas trop,

Mais qu’on continue pareil.

Descendre la côte, six heures et quart. J’sais pas sont où les autres. Je les croiserai ben.

Je suis ailleurs, mais je croise du monde qui me rappellent ceux ont marqué mon parcours. Pour moi, je pense à Danaël Boisvert, artiste et agricultrice, et formidable bonne vivante qui génère du bonheur autour d’elle. J’espère qu’elle va ben. Et Fellina, et Lovna, et Mishka, et Roch. J’ai croisé la Danaël du coin, quasiment en tous points semblable: même genre de passions, même drive, cheminement de vie parallèle. C’est fascinant.

Je pense aussi à mon amie marionnettiste interdisciplinaire Julie Desrosiers. Ça se peut que vous ne la connaissiez pas : ce qui arrive, c’est qu’au Québec on a du talent en crinqué mais on s’en occupe pas assez. Ça pourrait être notre marque de peuple, ça, mais on néglige grave. On pourrait être les leaders de la diversité culturelle dans le monde. On a les Nations Unies à Montréal, pareil, t’sais. Imagine si, de même, on interpellait chacun des groupes culturels qui nous composent : c’est ça le Québec chose, réveille !

Imagine.

Imagine qu’on interpelle tous les groupes culturels qui nous composent. Salut, tu viens de l’Inde ? Qu’est-c’est que les gens de ton coin aurait besoin pour mieux vivre ? Ça te tenterait-tu de faire quelque chose pour? sinon, connaît-tu quelqu’un qui a les compétences de? Ça te tenterait-tu qu’on profite de notre situation pour refaire le monde ensemble ?

Maudit, pourquoi que ça se pourrait pas ? On a tout pour y arriver. On est métissé Amérindien, c’est l’appel du monde, ça. Va donc revoir tes anciens chums pour refaire connaissance. Ça se peut qu’il y ait du malaise au début, c’est normal. Deux cents ans de silence, ça laisse des marques. On a fait ce qu’on a pu, dans un contexte de conquête, de morts, de fermes brûlées et de viols. Venez pas me faire chier que c’est v’là deux cents ans. Deux cents ans, c’est un pet dans l’histoire de l’humanité. Et la psychologie collective, vous en faites quoi ? Quand t’as mangé la volé, c’est plus fort que toi, t’éduques tes enfants différemment.

Je suis indépendantiste.

Je suis indépendantiste de tous les peuples. Les Acadiens, calvaire, vous le méritez votre pays. J’ai pas envie de perdre votre couleur dans un flou du monde commercial, insipide, un bouillon de culture qui pâti à l’ombre de la vrai vie. Simon Leblanc, quand est-ce que tu nous reparle de chez vous? On a hâte!

Je vais aller voir les autres en bas. Tantôt, c’est les chums de Dans l’Shed qui vont rincer ‘à place. Venez-donc voir, t’à coup que vous auriez du fun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *